Prochainement !!!

Recherche

A l'Honneur : mes partenaires

Ils m'ont fait confiance et ne le regrettent pas : ce sont mes partenaires.

Grâce à eux, les rêveries littéraires sont toujours plus nombreuses.

Je les remercie sincèrement et vous invite, chers lecteurs, à les découvrir au travers de quelques mots :   

 

Les éditions Points

La maison d'édition Rivière Blanche

Les éditions Sharon Kena

Les éditions Nathan

Les éditions Aux forges de Vulcain

Les éditions Sarbacane

L'agence Gilles Paris

Les éditions Robert Laffont

Les éditions Persée

Les éditions Flammarion

Les éditions Beaudelaire

Les éditions Télémaque

Les éditions Folio

Les éditions Mnémos

Les éditions JC Lattès

Les éditions Syros

Les éditions du Jasmin

Les éditions Le Livre de Poche

 

 

Me contacter

Chers lecteurs,

pour me contacter veuillez utiliser le formulaire suivant :

CONTACT

10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 14:57

 

 

 

La nuit grecque

 

Ecrit par Pierre Vens

 

 

Publié aux éditions Albin Michel

Broché, 304 pages - 20 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Mise en appétit, résumé personnel des premières pages)

 

Vincent est fatigué. A la tête d'une petite société peu prospère, il survit depuis des mois dans l'angoisse du lendemain. Pris à la gorge par des actionnaires sans scrupule, menacé par des collaborateurs ingrats, trahi par ses propres salariés – il s'est laissé engloutir par cette entreprise qui à présent le recrache, vidé de son énergie, appauvrit, esseulé. 
Pourtant combattif, Vincent sait que le temps est venu de baisser les bras, de signer sa démission forcée. A quarante ans, il se sent las et humilié – il a tout perdu dans ce combat, même sa femme et son fils, qu'il n'a pas pris le temps d'aimer. En lui, tout demande à s'éteindre, à disparaître. Seul demeure un vague espoir, le presque rêve de partir loin, de disparaître sans laisser de trace.


Une journée de plus à la tête de son naufrage : Vincent doit partir pour vingt-quatre heures en Grèce afin de rencontrer un client qui tarde à payer ses commandes. Sur place, il décide d'occuper sa soirée en sorties alcoolisées – l'ami d'un ami vient d'ouvrir un bar, c'est l'occasion d'aller le saluer. 
Il est encore tôt et la nuit s'annonce plutôt chaude, Vincent glisse sur les trottoirs et se laisse porter par les sinuosités de la route, s'asseoit à la terrasse d'un café, observe – aveugle – les passants. Son regard est vide, tout son être est vide. Las, il entre dans un bar et suit le mouvement de foule vers le fond de la pièce, là une petite porte mène à une scène couverte. Deux artistes s'y produisent, de la musique en images. Derrière le paravent, l'ombre de l'artiste. Vincent est captivé par les mouvements féminins et gracieux, il observe les hanches étroites, les épaules rondes et fines, les traits du visage qui semblent délicats. Lorsque l'artiste vient saluer son public, Vincent est subjugué par sa beauté. Pour la première fois, il ressent de l'attraction pour un homme. Il se moque de lui-même et de sa confusion, puis quitte la pièce pour retrouver le bar de son ami, qui doit être ouvert à présent. 
Sa soirée se poursuit au rythme de l'alcool. Il enchaîne les verres, bercé par la musique forte et les discussions alentours. Son regard se perd dans les salles qui se remplissent à mesure que la nuit s'installe, et il se perd lui même dans cette contemplation indécente d'autrui. 
Soudain, son regard s'accroche à un visage. Un regard radieux, des lèvres qui bougent dans des rires sonores : le jeune musicien vient d'entrer et Vincent ne voit plus que lui. Dans ce corps masculin plein de vie, d'espoirs et de joies, il se revoit dix ans plus tôt. Un sentiment de compassion, inexplicable, l'étreint. Ensuite, vient le désir. Puissant, incontrôlé, qui monte en lui et le possède entièrement. Poussé par l'alcool, conscient d'avoir déjà tout perdu, Vincent oublie sa raison et laisse parler ses envies – il engage la conversation et, bientôt, pose une main sur la hanche du jeune grec, Théo. Lorsqu'arrive le moment de quitter le bar, Théo lui demande de l'attendre. En silence, ils marchent vers l'hôtel de Vincent, montent dans sa chambre. Vincent se demande s'il sera capable de baiser un homme, si son désir sera assez fort. La porte se ferme, Théo laisse glisser son bermuda sur le sol. Vincent s'oublie, et sa passion se déchaîne. 


Les jours suivants, Vincent s'efforcera d'oublier cette nuit là. Oublier l'odeur et le goût de l'Autre, oublier son corps magnifique, la texture de sa peau. Les courbes d'un homme noient ses pensées. Dans la glace, il revoit les dents enfoncées dans sa chair, les mains agilent parcourant son corps. Il se revoit lui, dévorant Théo durant des heures, le sexe irrité, presque en sang de ces va-et-vients puissants. Il ne peut oublier cette nuit grecque. Il se réveille la nuit, gonflé de désir pour cet homme, frustré de ne trouver que sa femme à ses côtés – une femme qu'il ne touche plus depuis bien longtemps. Le désir est un monstre qui croît en lui, dans ses entrailles, qui hurle le manque de l'Autre. Par téléphone, Vincent propose à Théo de venir passer quelques jours à Paris. Et Théo vient. 
Ce rendez-vous s'impose à Vincent comme la révélation de son désir homosexuel qui ne peut plus être refoulé. Désormais, il ne pourra plus faire machine arrière. Théo est partout, et chaque minute loin de lui l'obsède. Il ment à sa femme, oublie son fils, dépense des sommes considérables dans des hôtels et de luxueux cadeaux, s'oublie totalement pour vivre cette passion indécente. 
En lui, une flamme s'est allumée. Une infime parcelle de vie, d'espoirs et de désirs qui refuse de mourir et prend le contrôle de Vincent, éclairant un nouveau chemin.

 

~~~~~~~~~~~~~~

 

Un livre que j'ai lu, puis relu. La première lecture fut sauvage et sans pudeur : l'auteur pose les bases de son récit avec talent, alliant efficacité et rapidité, et très vite l'histoire de ce pauvre type nous tient par les tripes : on veut en savoir plus, comprendre jusqu'où ce délire va le conduire, quelles proportions ce désir incontrôlable va prendre. Les pages se tournent toujours plus vite, les mots défilent et on s'accroche à cette histoire qui tient un rythme juste parfait. J'ai notamment apprécié que Pierre Vens prenne le soin de moduler son écriture selon les situations – ainsi, l'écrivain entretient un rythme lapidaire et effréné au cœur de la passion, parfois brutal dans la violence des gestes, mais il sait également ralentir sa plume et offrir un style plus doux  et contemplatif lors des promenades en ville. Sa plume est ancrée au réel.

« Il a besoin d'être seul. Le petit résidu de vie qui lui reste vacille comme la flamme d'une bougie sous cloche. Ce qui demeure vivant en lui, il ne veut plus le partager avec personne, de peur de le voir s'éteindre définitivement. Son dernier souffle, il veut le protéger, y compris de sa propre femme. Il ne pense plus à les rendre heureux, ceux qu'il aime, il veut juste survivre encore un peu. »

Pierre Vens offre un roman d'une belle profondeur psychologique et dans lequel chaque personnage est fouillé et intelligemment construit. Prenons par exemple l'épouse de Vincent, personnage effacé, victime des ambitions déçues d'un mari devenu distant et égoïste. Bien qu'elle n'apparaisse que rarement dans ce roman, Pierre Vens prend le temps de la décrire avec une grande finesse, dressant un portrait de femme frappant de réalisme. La plume est parfaite, précise, légère mais réfléchie, de sorte que la souffrance de France transparaît dans le moindre de ses gestes, jusqu'à la mèche de cheveux qu'elle remet en place discrètement.

« Elle allume la chaîne, reconnaît les premières notes de cette symphonie qu'elle aime tant. Pendant des années, elle pleurait à chaque fois qu'elle l'écoutait. Elle ne pleure plus. Elle est sèche. En elle, un bloc de granit fissuré à absorbé les larmes. Les rires aussi. »

Le roman se dévore en quelques heures, jusqu'aux dernières pages attendues et redoutées, apaisantes. Vient alors la seconde lecture, presque juste après, le lendemain ou le surlendemain, pour ressentir à nouveau ce tourbillon d'espoir et d'envies, pour se laisser emporter une nouvelle fois par ce désir fou et douloureux d'un homme pour un autre homme. Cette fois la lecture est plus lente, plus réfléchie : on déguste, on prend le temps de savourer les mots, les descriptions, de retenir les indices d'une compréhension plus profonde de cette oeuvre. 
Roman aussi talentueux qu'inattendu, La Nuit Grecque peut en effet se lire différemment selon l'interprétation que l'on fait des personnages de Vincent et Théo. C'est un roman intéressant et subjuguant par sa capacité à raconter le réel, le désir, l'indicible. Il y a surtout cette fin, spectaculaire, qui invite à une deuxième lecture plus minutieuse. Alors ce que Vincent n'a pas vu, ce que ses yeux désespérés ont ignoré, prend forme, et c'est avec une certaine tristesse que l'on comprend finalement l'un et l'autre des personnages. Un beau premier roman.

« Le manque de Théo est un poison qui s'insunie en lui, qui se diffuse partout, dans chaque veine, dans chaque organe. Il sent vivre et grandir un monstre, caché dans l'obscurité de ses entrailles et qui le met dans un état de fébrilité qu'il n'a jamais connu. Son ventre est noué et lourd, son dos se couvre de picotements comme de petites griffures, sa nuque se raidit puis se relâche au rythme d'ondulations qui viennent des prodondeurs. Il n'est pas malheureux, juste épuisé de ces flux qui le prennent, le projettent tout entier vers le souvenir de l'absent puis l'en éloigent progressivement pour l'abandonner, malmené par le ressac. »

 

Je remercie Gilles Paris et les éditions Albin Michel pour leur confiance.

Partager cet article

Repost 0
Rédigé par Jennifer Wepierre
commenter cet article

commentaires

A l'honneur : la littérature "jeunesse" !

La littérature jeunesse est mise à l'honneur ! Une nouvelle catégorie lui est dédiée !

Je vous invite, chers lecteurs, à feuilleter quelques jolis ouvrages colorés et à découvrir de merveilleuses histoires pleines de rêves et d'aventures !

De belles idées pour nos adorables petits anges, et un soupçon de tendre nostalgie pour les plus âgés !

Cliquez ici pour découvrir les ouvrages qui pourront vous émerveiller !

Livres par écrivains

Cliquez sur le titre d'un livre pour accéder à sa fiche de lecture !
 
bass-rick-2.jpgBASS, Rick
 
72e081b0c8a0fc24c2f3f110.L._V192261114_SX200_.jpg
BARRON, Thomas Archibald
 
gilles-de-becdelievre.jpg
BECDELIEVRE (de), Gilles
 
AVT_Marlena-De-Blasi_637.jpegBLASI (de), Marlena
 
Caroline-Bongrand.jpeg
BONGRAND, Caroline
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/55/Nicolas_Bouchard-Imaginales_2012.jpg/220px-Nicolas_Bouchard-Imaginales_2012.jpg
BOUCHARD, Nicolas
 
jerome_bourgine-.jpg
BOURGINE, Jérôme
 
emanuelle-de-boysson.jpgBOYSSON (de), Emmanuelle
 
Italo_Calvino.jpgCALVINO, Italo
 
eve-de-castro.jpg
CASTRO (de), Eve
 
Chandrasekaran--Rajiv_pic.jpgCHANDRASEKARAN, Rajiv
 
suzy-charnas.jpg
CHARNAS McKee, Suzy
 
Bernard-Clavel.gif
CLAVEL, Bernard
 
boris darnaudet
DARNAUDET, Boris
 
Marina_Dedeyan_-_Comedie_du_Livre_2010_-_P1390487.jpg
DEDEYAN, Marina

Mazo-de-la-roche.jpg
DE LA ROCHE, Mazo
Les Frères Whiteoak
 
Christine-de-Rivoyre.gif
DE RIVOYRE, Christine 
La Mandarine 
 
pascal-dessaint.jpg
DESSAINT, Pascal
 
Pierre-d-etanges.jpg
D'ETANGES, Pierre
 
roddy-doyle.jpeg
DOYLE, Roddy
 
louise-edrich-copie-1.jpg
ERDRICH, Louise
 
fetjaine.jpg
FETJAINE, Jean-Louis
La trilogie des elfes :
 
Andrew-Fukuda.jpg
FUKUDA, Andrew
 
Anna-funder.jpg
FUNDER, Anna
 
myriam-gallot.jpgGALLOT, Myriam
 
Daniel-GLATTAUER.jpgGLATTAUER, Daniel
 
John-Green.jpg
GREEN, John
 
kate grenvilleGRENVILLE, Kate
 
Steven-HALL.jpgHALL, Steven
 
http://www.babelio.com/users/AVT_Sonya-Hartnett_3690.jpeg
HARTNETT, Sonya
 
http://cdipeguy.free.fr/onytrouve/coupsdecoeur/yaelhassan.jpg
HASSAN, Yaël
 
HERMARY VIEILLE, Catherine
 
lachassagne.jpg
LACHASSAGNE, Geoffrey
 
http://bardotagogo.com/bagglog/images/jacques_lanz.jpg
LANZMANN, Jacques
 
inara lavey
LAVEY, Inara
 
pierre-lemaitre.png
LEMAITRE, Pierre
 
david-levithan.jpgLEVITHAN, David
 
Salvador-Macip.jpeg
MACIP, Salvador
mathias-malzieu-copie-1.jpg
MALZIEU, Mathias
 
3619641-carole-martinez-fait-du-cinema.jpg
MARTINEZ, Carole
 
Cyril-Massarotto-copie-1.jpg
MASSAROTTO, Cyril
 
Marc.jpg
MERET, Marc
 
MOORCOCK, Michael
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fa/Wmmorris3248.jpg/220px-Wmmorris3248.jpg
MORRIS, William
 
MOUCHARD, Christel
 
NOSAKA.jpgNOSAKA, Akiyuki
 
nothomb2011.jpgNOTHOMB, Amélie
 
http://www.cinergie.be/picture/personne/original/images/personne/_n/nysenholc_adolphe/photo.jpg
NYSENHOLC, Adolphe
 
obry.jpeg
OBRY, Marion
 
anthony-palou.jpg
PALOU, Anthony
 
aymeric_patricot.jpg
PATRICOT, Aymeric
 
4141073-copie-1.jpg
PONSOT CORRAL Laureen
 
http://www.babelio.com/users/AVT_Matthieu-Radenac_2592.jpeg
RADENAC, Matthieu
 
RHEIMS, Nathalie
 
ROCK, Peter
 
http://bibliobs.nouvelobs.com/files/Robert%20Sabatier%2002.JPG
SABATIER, Robert
Le Lit de la merveille

http://kaganof.com/kagablog/wp-content/uploads/2007/10/2000522.jpg
SADE, Marquis de
Les Crimes de l'amour
 
Insa-Sane.jpg
SANE, Insa
 
SCHMITT, Eric-Emmanuel
 
SOREL, Guillaume

john-steinbeck-copie-1.jpg STEINBECK, John
 
francois.jpg
SZABOWSKI, François
 
auteurs-rachel-tanner.jpg
TANNER, Rachel
 
VENS, Pierre
 
krystin.jpgVESTERÄLEN, Krystin
 
WATSON.jpgWATSON, Steven (S. J.)
 
James_Welch.png
WELCH, James