Prochainement !!!

Recherche

A l'Honneur : mes partenaires

Ils m'ont fait confiance et ne le regrettent pas : ce sont mes partenaires.

Grâce à eux, les rêveries littéraires sont toujours plus nombreuses.

Je les remercie sincèrement et vous invite, chers lecteurs, à les découvrir au travers de quelques mots :   

 

Les éditions Points

La maison d'édition Rivière Blanche

Les éditions Sharon Kena

Les éditions Nathan

Les éditions Aux forges de Vulcain

Les éditions Sarbacane

L'agence Gilles Paris

Les éditions Robert Laffont

Les éditions Persée

Les éditions Flammarion

Les éditions Beaudelaire

Les éditions Télémaque

Les éditions Folio

Les éditions Mnémos

Les éditions JC Lattès

Les éditions Syros

Les éditions du Jasmin

Les éditions Le Livre de Poche

 

 

Me contacter

Chers lecteurs,

pour me contacter veuillez utiliser le formulaire suivant :

CONTACT

12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 11:15

 

L'homme qui frappait les femmes


Ecrit par Aymeric Patricot

Publié le 6 février 2013 aux éditions Léo Scheer.

Format broché 18,8 x 12,6 - 180 pages.

 

 

 http://i81.servimg.com/u/f81/16/51/33/95/l-homm10.jpgCe roman est la confession d’un maudit. Dès l’adolescence, et les premiers émois amoureux, un désir irrépressible de frapper les femmes l’a emporté dans une chute sans fin. Il vivra désormais face à l’horizon indépassable du malheur d’autrui et de l’horreur d’être soi, sans échappatoire, comme prisonnier de lui-même, de la force inconsciente qui le gouverne. 


 

Dans sa postface, « L’insoutenable », Aymeric Patricot approfondit les questions que soulève ce roman choc, d’une noirceur fascinante. Quelle part d’humanité demeure quand le mal emporte une vie ? Quelle est cette zone de nous-mêmes d’où sortent les pires pulsions ? Il prouve ainsi, à la fois en confirmant qu’il est un des romanciers les plus puissants de sa génération et en se montrant capable de prolonger son travail sur le plan théorique, que la littérature demeure un des instruments les plus féconds de connaissance de l’humain.

 

 


L'homme qui frappait les femmes est l'un de ces romans dont je ne saurais dire si je l'ai apprécié ou non : ainsi, je n'écrirais pas qu'il s'agit d'un bon livre, mais plutôt d'un texte intéressant.

 

Le titre est explicite et l'on ne pourrait résumer plus simplement l'histoire, celle d'un homme qui aime frapper les femmes. Le roman est court mais la lecture est néanmoins difficile car le thème abordé est non seulement profondément immoral, mais en outre les faits sont racontés sans honte ni aucun remord ! En effet, à la façon d'un journal intime, le récit fait l'apologie des exactions commises par le narrateur depuis son adolescence. Cependant, ce texte est écrit d'une telle manière qu'il s'apparente plus à une confidence couchée sur le papier une nuit d'insomnie : j'imaginais ainsi un vieil homme fatigué de lui-même et s'abandonnant à ses souvenirs, ses yeux vitreux tournés vers l'intérieur, s'observant tel qu'il fut durant toutes ses années sans parvenir à en saisir l'effroyable vérité. Un fou ? Ainsi, bien que le récit se concentre sur les violences commises envers les femmes, il ne s'agit pas du thème véritable de ce roman : bien que sous-jacente à l'histoire, c'est la psychologie du personnage qui est approfondie par l'auteur et doit retenir l'attention du lecteur. 


"J'éprouvais cependant de grandes lassitudes. Il y avait quelque chose de lisse et de monotone dans la succession des semaines, et même d'insupportable : ce n'était donc que ça, le bonheur ? Certains jours, l'excitation de mes dérapages me paraissait désirable. Je l'imaginais se répandre sur ma vie. Mais il fallait tenir, car il était impensable de me livrer en pleine lumière à mon penchant." 


Le récit relate la vie du narrateur, toutefois les années qui composèrent sa vie sont peu développées et très succinctes. Dès lors, le lecteur prend rapidement conscience que les seuls éléments qui marquèrent son existence et dont il se souvient dans sa vieillesse sont les femmes qu'il rencontra et les actes violents auquel il s'adonna. Malheureusement, il est difficile de se sentir captivé par ce roman car, si l'on met de côté les descriptions de la violence qui s'empare du narrateur, les personnages sont extrêmement creux : le texte compte difficilement quelques descriptions physiques ou traits de caractère et il n'y a aucune matière derrière leurs prénoms. Rien, sauf peut-être leur sexe ? Ainsi, le texte se résume à des hommes et des femmes sans visage, sans personnalité, sans passé : il s'agit d'un homme violent et tourmenté qui bat des femmes qui ne sont que cela, des femmes battues. Il s'agit d'un choix littéraire intéressant car le lecteur est amené à lire le récit d'une vie qui devient rapidement le récit d'un vice : progressivement, les quelques descriptions des premières pages disparaissent pour laisser plus de place à la violence qui grandit avec le narrateur. Cependant, la violence détruit le texte comme elle détruit le narrateur car il est laborieux de lire un récit qui ne comporte aucun sentiment. En concentrant son écriture sur le vice qui habite le narrateur, Aymeric Patricot a oublié qu'un texte, pour être lu et apprécié, doit contenir des émotions ainsi que quelques traits de caractère marqués afin de donner de l'épaisseur aux personnages et de permettre au lecteur de s'identifier à l'un d'eux - ou au moins, de se les rendre familiers. Hélas, ce texte n'est absolument pas vivant et le lecteur est contraint de demeurer à l'extérieur de l'histoire, tel un spectateur inconnu et indésirable.


"Je me suis alors enfermé avec ma femme, et ma fureur a fini de s'en donner à coeur joie. J'espérais que mon fils oublie tout ce qu'il avait vu. Nous devions nous-mêmes être suffisamment forts pour surmonter ces cauchemars, et c'était un cri qui perçait en moi, sans auteur ni destinataire, un cri terriblement puissant que personne n'entendait mais qui me blessait, infiniment." 


Par conséquent, le récit est entièrement construit autour de la violence qui habite le narrateur, le domine et le plie chaque jour à frapper des femmes. J'ai parfois eu le sentiment qu'il ne s'agissait pas d'un roman, mais plutôt d'un essai : j'ai eu la désagréable sensation qu'Aymeric Patricot souhaitait convaincre ses lecteurs que les pires êtres ne sont parfois que les victimes malheureuses d'un esprit dément et torturé. Ceci peut être vrai, d'ailleurs on l'entend fréquemment dans les tribunaux, mais cela n'excuse en rien les actes perpétrés. La folie d'un homme ne peut excuser sa folie envers ses semblables ! Je pense que la démarche de l'auteur est maladroite car dans sa tentative d'expliquer et de justifier des actes violents et meurtriers, il sous-entend qu'un homme peut être dissocié de ses vices et devenir lui-même une victime de ses actes. Or, cette déresponsabilisation fantaisiste m'a profondément fâchée. Ainsi, ce ne sont pas les choix d'écriture ni les choix narratifs malheureux qui m'ont réellement irritée, mais plutôt l'opinion défendue par l'auteur dans un sujet aussi sensible.


Le roman est suivi d'un postface qui s'apparente à une thèse et qui justifie assez longuement l'écriture de ce roman. Grâce à ce postface, le récit gagne en entendement : on découvre que l'écrivain ne souhaitait pas faire réagir ses lecteurs au sujet des violences envers les femmes, mais plutôt leur faire ressentir l'Insoutenable. 


"L'Insoutenable, c'est l'inconcevable pesant sur notre corps. Le mystère pénétrant nos organes. Le flétrissement sans raison de la chair. L'impossible ou le mystérieux, mais lestés de ce poids qui vous fait disparaître.

L'Insoutenable, ce sont encore ces parties de votre esprit qui se laissent écraser, s'effritent, pourrissent et dépérissent - brouillant toute lucidité. Les territoires qu'on laisse de côté parce qu'ils sont malades. Les blessures qu'on sent bourgeonner sans rien pouvoir y faire et dont on espère qu'elles ne gagneront pas l'espace entier. Les nécroses, les parts aveugles, les entailles, les vides, les hontes, les sentiments qui bouillonnent, brûlent et salissent tout ce qu'ils approchent.

Ce sont les choses qu'on aimerait supprimer mais qu'une amputation ne réduirait pas. Les pensées qui vous rendent fou mais dont le raisonnement ne viendrait pas à bout. Les pustules dont il ne faut pas s'occuper sous peine de les voir contaminer votre organisme. Maladie, douleur, rancoeur, remords... La saloperie même de la mort qui entre en vous pour ne plus jamais vous quitter. C'est tout cela mis ensemble, l'Insoutenable, et dans son territoire tout est métaphore de tout, tout lorgne vers tout, tout grimace et finit par éclater dans un rire immense."


Aymeric Patricot, imprégné de cette sensation insupportable et malsaine, a ressenti le besoin de la porter sur le papier et d'en montrer la puissance destructrice : cette histoire n'est donc qu'une enveloppe, un emballage qui lui a semblé le plus approprié à son projet. Dès lors, non seulement tout est imaginé, mais le récit ne cherche à être plausible : l'auteur ne s'est pas intéressé aux faits ni à leur vraisemblance, mais plutôt à leur source ! Les mots ont donc été modelés pour donner vie à ce sentiment qui gronde en chacun de nous, cette pulsion animale instinctive qui invite à fuir ou à briser ce qui nous agresse. L'Insoutenable, une sensation qui oppresse mais qui n'est autre qu'une alerte créée par un esprit qui s'inquiète de lui-même.


"Aujourd'hui, j'ai du mal à ne pas voir dans l'énergie brute qui s'exprime dans ces pages quelque chose relevant d'une sorte de révolte profonde contre le sort qui nous est échu, contre l'humiliation quotidienne, contre une certaine condition, misérable, dont on ne sait pas trop si elle relève d'un contexte médical, familial, économique ou métaphysique. L'expression d'un cri fondamental, qu'il me paraît indispensable de pousser un jour ou l'autre sous peine de ne jamais avoir pressenti ce fil minimal de conscience révoltée nous permettant de survivre et d'apprécier l'existence dans ce qu'elle a de plus viscéralement sensible."


Finalement, je crois que l'Insoutenable aurait pu être mieux illustré et avec plus de délicatesse et de finesse. Explorer ce sentiment puissant et qui domine de sa présence tout raisonnement est très intéressant, néanmoins je pense que le choix d'écriture de l'auteur n'est pas le plus judicieux. N'était-ce pas facile de choisir un homme violent malgré lui, qui se délecte à frapper les femmes alors qu'il souhaiterait pouvoir contrôler ses pulsions ? Le texte aurait pu être mieux travaillé, gagner en profondeur et en réflexions et ainsi, mieux illustrer le combat psychologique de cet homme contre ses propres démons. Malheureusement, le récit demeure en surface des questionnements et des sensations, le lecteur ne plonge pas dans la noirceur de cet Insoutenable et ne fait que l'effleurer, de loin. L'homme qui frappait les femmes n'est donc pas à la hauteur des ambitions de son auteur et seul le postface permet de comprendre les intentions originelles de celui-ci. En conclusion, une démarche intéressante mais qui n'est pas menée à son terme.

 

Je vous propose d'écouter une retransmission d'une interview d'Aymeric Patricot, produite par Europe 1 :


 

Je vous invite également à compléter votre découverte par une seconde écoute, cette fois sur France Bleu, lors de l'émission "Une minute Un livre" :


 

Je remercie sincèrement Gilles Paris et son équipe pour la confiance dont ils m'honorent, ainsi que les éditions Léo Scheer pour cette lecture.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mabiblio1988 17/09/2013 15:12


Le sujet me tentait bien ainsi que le résumé mais finalement ton avis m'en dissuade. Les livres où l'on est seulement spectateur et où aucune émotion ne transparait ne sont pas fait pour moi.

A l'honneur : la littérature "jeunesse" !

La littérature jeunesse est mise à l'honneur ! Une nouvelle catégorie lui est dédiée !

Je vous invite, chers lecteurs, à feuilleter quelques jolis ouvrages colorés et à découvrir de merveilleuses histoires pleines de rêves et d'aventures !

De belles idées pour nos adorables petits anges, et un soupçon de tendre nostalgie pour les plus âgés !

Cliquez ici pour découvrir les ouvrages qui pourront vous émerveiller !

Livres par écrivains

Cliquez sur le titre d'un livre pour accéder à sa fiche de lecture !
 
bass-rick-2.jpgBASS, Rick
 
72e081b0c8a0fc24c2f3f110.L._V192261114_SX200_.jpg
BARRON, Thomas Archibald
 
gilles-de-becdelievre.jpg
BECDELIEVRE (de), Gilles
 
AVT_Marlena-De-Blasi_637.jpegBLASI (de), Marlena
 
Caroline-Bongrand.jpeg
BONGRAND, Caroline
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/55/Nicolas_Bouchard-Imaginales_2012.jpg/220px-Nicolas_Bouchard-Imaginales_2012.jpg
BOUCHARD, Nicolas
 
jerome_bourgine-.jpg
BOURGINE, Jérôme
 
emanuelle-de-boysson.jpgBOYSSON (de), Emmanuelle
 
Italo_Calvino.jpgCALVINO, Italo
 
eve-de-castro.jpg
CASTRO (de), Eve
 
Chandrasekaran--Rajiv_pic.jpgCHANDRASEKARAN, Rajiv
 
suzy-charnas.jpg
CHARNAS McKee, Suzy
 
Bernard-Clavel.gif
CLAVEL, Bernard
 
boris darnaudet
DARNAUDET, Boris
 
Marina_Dedeyan_-_Comedie_du_Livre_2010_-_P1390487.jpg
DEDEYAN, Marina

Mazo-de-la-roche.jpg
DE LA ROCHE, Mazo
Les Frères Whiteoak
 
Christine-de-Rivoyre.gif
DE RIVOYRE, Christine 
La Mandarine 
 
pascal-dessaint.jpg
DESSAINT, Pascal
 
Pierre-d-etanges.jpg
D'ETANGES, Pierre
 
roddy-doyle.jpeg
DOYLE, Roddy
 
louise-edrich-copie-1.jpg
ERDRICH, Louise
 
fetjaine.jpg
FETJAINE, Jean-Louis
La trilogie des elfes :
 
Andrew-Fukuda.jpg
FUKUDA, Andrew
 
Anna-funder.jpg
FUNDER, Anna
 
myriam-gallot.jpgGALLOT, Myriam
 
Daniel-GLATTAUER.jpgGLATTAUER, Daniel
 
John-Green.jpg
GREEN, John
 
kate grenvilleGRENVILLE, Kate
 
Steven-HALL.jpgHALL, Steven
 
http://www.babelio.com/users/AVT_Sonya-Hartnett_3690.jpeg
HARTNETT, Sonya
 
http://cdipeguy.free.fr/onytrouve/coupsdecoeur/yaelhassan.jpg
HASSAN, Yaël
 
HERMARY VIEILLE, Catherine
 
lachassagne.jpg
LACHASSAGNE, Geoffrey
 
http://bardotagogo.com/bagglog/images/jacques_lanz.jpg
LANZMANN, Jacques
 
inara lavey
LAVEY, Inara
 
pierre-lemaitre.png
LEMAITRE, Pierre
 
david-levithan.jpgLEVITHAN, David
 
Salvador-Macip.jpeg
MACIP, Salvador
mathias-malzieu-copie-1.jpg
MALZIEU, Mathias
 
3619641-carole-martinez-fait-du-cinema.jpg
MARTINEZ, Carole
 
Cyril-Massarotto-copie-1.jpg
MASSAROTTO, Cyril
 
Marc.jpg
MERET, Marc
 
MOORCOCK, Michael
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fa/Wmmorris3248.jpg/220px-Wmmorris3248.jpg
MORRIS, William
 
MOUCHARD, Christel
 
NOSAKA.jpgNOSAKA, Akiyuki
 
nothomb2011.jpgNOTHOMB, Amélie
 
http://www.cinergie.be/picture/personne/original/images/personne/_n/nysenholc_adolphe/photo.jpg
NYSENHOLC, Adolphe
 
obry.jpeg
OBRY, Marion
 
anthony-palou.jpg
PALOU, Anthony
 
aymeric_patricot.jpg
PATRICOT, Aymeric
 
4141073-copie-1.jpg
PONSOT CORRAL Laureen
 
http://www.babelio.com/users/AVT_Matthieu-Radenac_2592.jpeg
RADENAC, Matthieu
 
RHEIMS, Nathalie
 
ROCK, Peter
 
http://bibliobs.nouvelobs.com/files/Robert%20Sabatier%2002.JPG
SABATIER, Robert
Le Lit de la merveille

http://kaganof.com/kagablog/wp-content/uploads/2007/10/2000522.jpg
SADE, Marquis de
Les Crimes de l'amour
 
Insa-Sane.jpg
SANE, Insa
 
SCHMITT, Eric-Emmanuel
 
SOREL, Guillaume

john-steinbeck-copie-1.jpg STEINBECK, John
 
francois.jpg
SZABOWSKI, François
 
auteurs-rachel-tanner.jpg
TANNER, Rachel
 
VENS, Pierre
 
krystin.jpgVESTERÄLEN, Krystin
 
WATSON.jpgWATSON, Steven (S. J.)
 
James_Welch.png
WELCH, James