Prochainement !!!

Recherche

A l'Honneur : mes partenaires

Ils m'ont fait confiance et ne le regrettent pas : ce sont mes partenaires.

Grâce à eux, les rêveries littéraires sont toujours plus nombreuses.

Je les remercie sincèrement et vous invite, chers lecteurs, à les découvrir au travers de quelques mots :   

 

Les éditions Points

La maison d'édition Rivière Blanche

Les éditions Sharon Kena

Les éditions Nathan

Les éditions Aux forges de Vulcain

Les éditions Sarbacane

L'agence Gilles Paris

Les éditions Robert Laffont

Les éditions Persée

Les éditions Flammarion

Les éditions Beaudelaire

Les éditions Télémaque

Les éditions Folio

Les éditions Mnémos

Les éditions JC Lattès

Les éditions Syros

Les éditions du Jasmin

Les éditions Le Livre de Poche

 

 

Me contacter

Chers lecteurs,

pour me contacter veuillez utiliser le formulaire suivant :

CONTACT

3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 21:04
Le Têtard,
par Jacques Lanzmann

Publié en 1976.


Quatrième de couverture :


Le Têtard : le roman d'une enfance extraordinaire, l'histoire d'un vrai « Poil de Carotte ballotté dans les tempêtes d'une famille dingue puis dans le tourbillon de l'Histoire - la guerre, l'Occupation et la Résistance en Auvergne. Une histoire qui rit et qui pleure, avec des mots qui brûlent : «J'avais quinze ans et je ne voulais pas mourir sans avoir fait l'amour et la Résistance, mais c'était bien plus facile de tuer un soldat allemand qu'une obsession sexuelle. »
Une fabuleuse rage de vivre, une bouleversante tendresse.
Le Têtard a obtenu le Prix R.T.L. Grand Public.





L'auteur :  Jacques Lanzmann. Un homme, décédé aujourd'hui, qui fut un vrai gosse, comme nous tous. Je vous invite à le découvrir.

Un vrai gosse donc, mais avec une enfance peu commune, bien à lui et bien écrite. Car c'est son enfance - qui est racontée au travers de ce livre - que je n'ose qualifier de roman, car il s'agit d'une autobiographie - mais que je n'ose qualifier d'autobiographie, car même si l'auteur lui même l'affirme, on ne le trouve pas vraiment dans les rayons du genre -.
Ce livre m'a tout de suite attirée. La quatrième de couverture, il faut le dire, a un certain style assez charmeur. Passionnée de tout ce qui touche les Grandes Guerres, les mots "Occupation" et "Résistance" ont achevé de me convaincre : il a fini dans mon sac. Puis dans ma bibliothèque, plusieurs mois. Enfin, je l'ai saisi et dévoré. Dé-vo-ré.

C'est l'histoire d'un p'tit gars d'environ 6/7 ans au début du livre, d'environ 14/15 ans aux dernières pages. Cette histoire, c'est le p'tit gars lui-même qui l'a raconte : l'auteur, Jacques Lanzmann. Sauf que lorsque ce dernier écrit le livre, en 1976 - date, d'ailleurs, à laquelle fut publiée mon exemplaire! Il s'agit donc d'un des premiers tirages - il a 49 ans ! Je lui rend hommage : il ne laisse jamais transparaître son âge réel, son âge d'adulte, au travers de ses mots. J'ai été transporté par un univers décrit avec la facilité - mais également les pensées complexes et parfois bien étranges - d'un gamin. Sans tricheries, sans niaiseries. Que des bonnes choses.

Pas de fantastique, pas de dragon ou de sorcière. A moins que la grand-mère ne soit, bien sûr, assimilée à une sorcière! On découvre page après page l'enfance de l'auteur, une enfance à la fois très noire, très tragique, mais également drôle et envoûtante.
"Moi, je m'étais toujours senti plus français que juif, mais aussi bien plus rouquin que français et juif. J'étais un rouquin-français-juif de parents divorcés-citadins transplanté-analphabète-et-paysan; un vrai poil de carotte sans vraie famille, mais avec des familiers."
Tout est dans cette citation. Mais comme ce ne sont que les premières phrases des 219 pages, on ne s'en rend réellement compte qu'à la fin du livre.

Jacques - ou Jacquot- est roux. Il est également juif. Malheureusement, la Seconde Guerre Mondiale se fait de plus en plus présente; il est inutile de vous en rappeler les conséquences pour les Juifs de notre nation. Et pourtant...pourtant on hésite toujours entre deux pages : quel est le plus grave problème pour ce gosse : être roux ou être juif? Non pas qu'il s'en plaigne : ce sont les réactions des gens qui l'entourent qui vont être excessives, selon l'un ou selon l'autre de ses caractéristiques.
« Que s’était-il donc passé entre Marraine et moi pour que nos rapports fussent aussi mauvais ? J’y ai, bien sûr, souvent pensé depuis, et combien de fois n’ai-je pas entendu ou lu des histoires navrantes de gosses brimés, martyrisés par des marâtres. Il n’y a pas d’explication logique de la haine entre une belle-mère et son beau-fils, il y a des caractères qui s’affrontent, des physiques qui ne vont pas ensemble, et l’expression souvent employée « Entre eux, c’est une question de peau », résume le problème. […] Il y a des visages de gosses qui appellent les coups, cela dépend de l’angle où l’on se trouve. Vus autrement, ces mêmes visages appellent l’amour. Je crois qu’Hélène m’a toujours regardé du mauvais côté. »
Rejeté par ses parents, ce gamin va connaître différentes expériences...que je ne vous décrirai pas. Je ne veux pas gâcher le plaisir! Je peux toutefois citer quelques passages, que j'ai saisis lors ma lecture.
« Autour de moi, vingt-huit vaches et quatre paires de bœufs. Les vaches c’était pour le lait, les bœufs pour le travail, mais en période de labour, on attelait aussi les vaches. J’avais appris assez rapidement à les reconnaître. Entre cent mille bêtes, j’aurai reconnu les miennes. Lorsque l’on vit avec des vaches, que l’on ne peut ni lire, ni écrire, ni aller au ciné, au musée ou au restaurant, quand on n’a rien d’autre à faire que de les garder, on les regarde, et quand on les a vues jours après nuits et comme ça pendant des mois et sous toutes les lumières, et dans toutes les prairies, on finit forcément par reconnaître sa vache. Elle est votre amie, votre pays, votre univers, votre culture. J’étais leur vacher, elles aimaient ma présence et, je crois, mon odeur. »
« Nous avions fait halte pour la nuit dans un de ces burons où l’on recueille le lait qui sert à la fabrication du fromage de Cantal. On s’était couchés tous les deux l’un contre l’autre, à même la paille, pour se réchauffer, et l’on avait fait allonger les chiens sur nous comme des manteaux vivants. Par le toit à demi écroulé de la cabane, on voyait le ciel étoilé. Il m’avait enseigné la Grande Ourse, montré le Chariot, rempli mes yeux de Voie Lactée. Il disait, le René, que quelque part là-haut, chacun d’entre nous a son étoile et que nous sommes responsables d’elle. Il disait, le René, que de notre existence dépendait sa durée, son intensité. Il disait que certains hommes irresponsables faisaient filer leur étoile et que l’âme de ces hommes filait en même temps qu’elle. Je ne savais pas au juste ce qu’était une âme, à coup sûr ça devait être quelque chose de rare, de beau, d’aussi brillant qu’une étoile. Je demande au René ce que devient un homme sans âme. Sans hésiter, il me répond : « Un malheureux ! ».
Au fil des pages, on découvre également un gosse normal : attiré par les filles - femmes -, ne sachant comment répondre aux questions existentielles qui le hantent, découvrant la masturbation, la frustration, les déceptions, la peur - notamment au travers de la pédérastie et de la zoophilie -, les techniques sexuelles des adultes - rien de hard, je vous rassure ^^ c'est un gosse qui nous raconte les faits, avec ses yeux de gosse - , l'amour, la vie, la mort et la religion.

Au fil des pages, on voit grandir ce gamin. On le voit, bouleversé par la vie, musclé par son enfance malheureuse - mais pas totalement désastreuse au final -, devenir un homme à seulement treize ans.

« Non, je ne savais vraiment pas qui j’étais, et encore moins où j’en étais. Je parlais patois, un dialecte qui va au plus pressé. J’avais les mains calleuses, énormes battoirs pleins de verrues, les pieds déformés par le bois des sabots, monstrueux panards plantés de cors et d’œils-de-perdrix. J’avais des muscles à revendre, un sexe tout irrité parce que trop tripoté et des yeux presque bêtes à force de regarder dans le vide des autres. »
Tout ça, sur un fond de Seconde Guerre Mondiale, qui devient de plus en plus présente et oppressante, bouleversant - à nouveau - l'enfance de ce petit garçon déjà si homme.
« Il disait, l’abbé, qu’à Dunkerque « les Français avaient offert leur poitrine et les Anglais leurs machines », et moi, maintenant, j’étais là avec ma poitrine française et ma machine anglaise à vouloir casser du Boche comme grand-père Léon quand il était à Verdun sous les ordres du Maréchal. Peut-être que je n’arrivais pas à suivre l’histoire parce que je ne connaissais pas mon histoire. J’avais caché ma race, mon seul trésor, durant toutes ces années chez des fermiers et j’avais grandi en compagnie du mensonge. C’est le mensonge qui m’avait musclé, déformé les pieds, les mains et l’esprit. Le mensonge, il avait fait de moi un gosse perdu, dépouillé de toute vérité, et maintenant, dans ce camion, entre tous ces gaullistes et ce frérot communiste, je me sentais proprement dépiauté, comme les lapins de mon grand-père. Je me disais, en les entendant discuter de la liberté, qu’il me fallait à tout prix remonter la pente, reprendre du poil de la bête, réapprendre à lire et à écrire. Oui, en écoutant mon frère parler, je me disais que pour retourner les hommes il vaut mieux savoir tenir une conversation que la charrue. »
« On n’était pas davantage malheureux dans le wagon que dans la cave. C’était même plus propre, au début du moins et quand on roulait, on respirait de l’air frais. Seulement, il nous arrivait de rester des heures entières à l’arrêt en pleine campagne par suite d’un sabotage de la voie ferrée et là, on était tellement malheureux d’être enfermés qu’on râlait contre les résistants. C’était peut-être papa ou Claude qui avait saboté la voie, mais nous, on crevait dans la chaleur et dans les mauvaises odeurs. Au début, tout le monde s’était retenu, et puis quelqu’un avait commencé, alors tout le monde s’était mis à se soulager. C’est à cause de la mauvaise odeur qu’on a décidé, Bisson et moi, de s’évader à la première occasion. Mais, les occasions, il n’y en avait pas. Quand le sabotage nécessitait une trop longue réparation, les Allemands entrouvraient parfois les portes du wagon, alors on voyait la campagne et je m’imaginais tout nu avec Sarah dans une de ces petites fermes à toit rouge en train de manger des pâtes très chaudes. »
On se laisse surprendre par la guerre, qu'on croyait plus éloignée. On se laisse surprendre par ce gamin, malheureux mais débrouillard, qui va se battre jusqu'au bout, non pas pour sa patrie ou pour son honneur, mais parce que pour lui "c'était pas juste de mourir sans avoir fait l'amour" - avant dernière page du livre -.

 

--->>> Pour aller plus loin...
 

Pour ceux et celles qui, séduits par cette critique, liront le livre, voici :
 

-une interview vidéo de Jacques Lanzmann - ne regardez pas si vous n'avez pas lu!! Cela gâcherait de très bons passages du livre - : cliquez!
                   

Cette vidéo n'est pas très enrichissante en soi, puisqu'elle revient sur le livre, mais j'ai apprécié de voir l'auteur parler de son propre ouvrage. La dimension humaine de ce livre est, je pense, réellement importante.
 

-Un petit lien, juste pour découvrir quelques mots de l'auteur : cliquez!
          
Je vous invite à nouveau à consulter la biographie de l'auteur, Jacques Lanzmann. Partant d'une enfance misérable, n'ayant pratiquement pas été à l'école, ce qu'il a accomplit lors de son vivant m'impressionne.


J'attends vos impressions =D !!

Bonne fin de journée à tous et à toutes !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mabiblio1988 17/09/2013 15:25


Nous avons peu de lecture en commun mais j'aime beaucoup la façon dont tu donnes ton avis.


Bonne continuation à toi

Mandy 21/03/2013 18:27


Il a l'air bien ^^^

Jennifer 23/03/2013 20:33



Je ne peux que te le recommander : des années après, je m'en souviens toujours aussi bien ! Signe que c'est vraiment un bon bouquin ;)



Anne59 10/10/2012 13:49


Tu m'intéresses beaucoup, je le mets dans ma wish list!

Jennifer 12/10/2012 21:00



Je suis ravie de t'avoir convaincue ! Si tu le souhaites, nous pouvons faire un échange de livres, je te l'envoie contre un autre poche ? Bonne soirée et merci de ton passage !! 



Diddy 09/01/2010 23:51


Ce livre a l'air chouette!!
Je vois que tu es une toute nouvelle blogueuse! Encore plus que moi!
ALors je te souhaite bienvenue, tu vas voir la communauté des blogs littéraires est très sympa!


Jennifer 10/01/2010 00:13


Merci beaucoup :D on va sûrement se croiser régulièrement ;) @ bientôt donc ^^


MICHELE 09/01/2010 15:21


bravo pour cet ouvrage.
Il donne envie de lire ces ouvrages de suite
j'attends la suite avec impatience
encore une fois bravo


A l'honneur : la littérature "jeunesse" !

La littérature jeunesse est mise à l'honneur ! Une nouvelle catégorie lui est dédiée !

Je vous invite, chers lecteurs, à feuilleter quelques jolis ouvrages colorés et à découvrir de merveilleuses histoires pleines de rêves et d'aventures !

De belles idées pour nos adorables petits anges, et un soupçon de tendre nostalgie pour les plus âgés !

Cliquez ici pour découvrir les ouvrages qui pourront vous émerveiller !

Livres par écrivains

Cliquez sur le titre d'un livre pour accéder à sa fiche de lecture !
 
bass-rick-2.jpgBASS, Rick
 
72e081b0c8a0fc24c2f3f110.L._V192261114_SX200_.jpg
BARRON, Thomas Archibald
 
gilles-de-becdelievre.jpg
BECDELIEVRE (de), Gilles
 
AVT_Marlena-De-Blasi_637.jpegBLASI (de), Marlena
 
Caroline-Bongrand.jpeg
BONGRAND, Caroline
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/55/Nicolas_Bouchard-Imaginales_2012.jpg/220px-Nicolas_Bouchard-Imaginales_2012.jpg
BOUCHARD, Nicolas
 
jerome_bourgine-.jpg
BOURGINE, Jérôme
 
emanuelle-de-boysson.jpgBOYSSON (de), Emmanuelle
 
Italo_Calvino.jpgCALVINO, Italo
 
eve-de-castro.jpg
CASTRO (de), Eve
 
Chandrasekaran--Rajiv_pic.jpgCHANDRASEKARAN, Rajiv
 
suzy-charnas.jpg
CHARNAS McKee, Suzy
 
Bernard-Clavel.gif
CLAVEL, Bernard
 
boris darnaudet
DARNAUDET, Boris
 
Marina_Dedeyan_-_Comedie_du_Livre_2010_-_P1390487.jpg
DEDEYAN, Marina

Mazo-de-la-roche.jpg
DE LA ROCHE, Mazo
Les Frères Whiteoak
 
Christine-de-Rivoyre.gif
DE RIVOYRE, Christine 
La Mandarine 
 
pascal-dessaint.jpg
DESSAINT, Pascal
 
Pierre-d-etanges.jpg
D'ETANGES, Pierre
 
roddy-doyle.jpeg
DOYLE, Roddy
 
louise-edrich-copie-1.jpg
ERDRICH, Louise
 
fetjaine.jpg
FETJAINE, Jean-Louis
La trilogie des elfes :
 
Andrew-Fukuda.jpg
FUKUDA, Andrew
 
Anna-funder.jpg
FUNDER, Anna
 
myriam-gallot.jpgGALLOT, Myriam
 
Daniel-GLATTAUER.jpgGLATTAUER, Daniel
 
John-Green.jpg
GREEN, John
 
kate grenvilleGRENVILLE, Kate
 
Steven-HALL.jpgHALL, Steven
 
http://www.babelio.com/users/AVT_Sonya-Hartnett_3690.jpeg
HARTNETT, Sonya
 
http://cdipeguy.free.fr/onytrouve/coupsdecoeur/yaelhassan.jpg
HASSAN, Yaël
 
HERMARY VIEILLE, Catherine
 
lachassagne.jpg
LACHASSAGNE, Geoffrey
 
http://bardotagogo.com/bagglog/images/jacques_lanz.jpg
LANZMANN, Jacques
 
inara lavey
LAVEY, Inara
 
pierre-lemaitre.png
LEMAITRE, Pierre
 
david-levithan.jpgLEVITHAN, David
 
Salvador-Macip.jpeg
MACIP, Salvador
mathias-malzieu-copie-1.jpg
MALZIEU, Mathias
 
3619641-carole-martinez-fait-du-cinema.jpg
MARTINEZ, Carole
 
Cyril-Massarotto-copie-1.jpg
MASSAROTTO, Cyril
 
Marc.jpg
MERET, Marc
 
MOORCOCK, Michael
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fa/Wmmorris3248.jpg/220px-Wmmorris3248.jpg
MORRIS, William
 
MOUCHARD, Christel
 
NOSAKA.jpgNOSAKA, Akiyuki
 
nothomb2011.jpgNOTHOMB, Amélie
 
http://www.cinergie.be/picture/personne/original/images/personne/_n/nysenholc_adolphe/photo.jpg
NYSENHOLC, Adolphe
 
obry.jpeg
OBRY, Marion
 
anthony-palou.jpg
PALOU, Anthony
 
aymeric_patricot.jpg
PATRICOT, Aymeric
 
4141073-copie-1.jpg
PONSOT CORRAL Laureen
 
http://www.babelio.com/users/AVT_Matthieu-Radenac_2592.jpeg
RADENAC, Matthieu
 
RHEIMS, Nathalie
 
ROCK, Peter
 
http://bibliobs.nouvelobs.com/files/Robert%20Sabatier%2002.JPG
SABATIER, Robert
Le Lit de la merveille

http://kaganof.com/kagablog/wp-content/uploads/2007/10/2000522.jpg
SADE, Marquis de
Les Crimes de l'amour
 
Insa-Sane.jpg
SANE, Insa
 
SCHMITT, Eric-Emmanuel
 
SOREL, Guillaume

john-steinbeck-copie-1.jpg STEINBECK, John
 
francois.jpg
SZABOWSKI, François
 
auteurs-rachel-tanner.jpg
TANNER, Rachel
 
VENS, Pierre
 
krystin.jpgVESTERÄLEN, Krystin
 
WATSON.jpgWATSON, Steven (S. J.)
 
James_Welch.png
WELCH, James